Consultez cette cotation
et plus de 12100 autres matières premières

INSCRIPTION
ou
CONNEXION
Informations
Agroalimentaire / Graines / Navette ou colza
Graines de navette ou de colza d'une teneur élevée en acide érucique "fournissant une huile fixe dont la teneur en acide érucique est >= 2% et un composant solide qui contient >= 30 micromoles/g de glucosinolates", même concassées
Mensuelle
€ / t
2012-01-31
2020-11-30
Seuls les utilisateurs ayant accès à cette série de données peuvent connaître la source
Le colza est une plante à fleurs jaunes qui appartient à la famille des Brassicacées. Elle est cultivée pour la forte teneur en huile de ses graines, entre 40 et 45%, et ses tourteaux, riches en protéines. Le colza est utilisé dans la production d’huile alimentaire, de bio-carburant, mais également pour l’alimentation animale. Avec le tournesol et l’olivier, cette matière première constitue la 3ème source d’huile végétale en Europe, où sa production est en constante augmentation depuis dix ans, du fait de l’utilisation croissante de biocarburant. Les autres principaux producteurs mondiaux de colza sont le Canada, l’Australie, la Chine et l’Inde. En France, le colza représente 12% des surfaces cultivées et sa principale utilisation, dans les bio-carburants, est le Diester, destiné aux moteurs Diesel. A noter que de nouveaux usages voient le jour pour le colza, notamment pour substituer les produits d’origine fossile dans la fabrication de biolubrifiants et solvants. Cette matière première est cultivée dans des zones fraiches tempérées et l’on dénombre actuellement 1300 variétés, donc 200 colzas oléagineux. Le colza est connu pour être une source naturelle importante d’acides gras essentiels, ce qui explique qu’il entre dans la composition de la margarine. Une fois l’huile extraite des graines de colza, on obtient le tourteau, autre matière première et coproduit, destiné à l’alimentation animale. Depuis 2012, le prix du colza, à l’exportation, oscille entre 300 et 500€ la tonne. Les cours du Colza dépendent bien évidemment de l’état des récoltes des pays producteurs, mais également de l’offre en biocarburant des groupes industriels.